Archives pour l'auteur «danielle»

22 – Le Musée de la Chasse et de la Nature

 

Le Musée de la Chasse et de la Nature est un lieu magique. Un très bel écrin à échelle humaine (deux hôtels particuliers des 17° et 18° siècle ) consacré évidemment à tout ce que recouvre sa dénomination, mais évitant la pesanteur et l’exhibition triomphante habituelle de ces lieux remplis d’engins de traque et de tuerie.
Ici bizarrement on serait plutôt dans une suite ludique de cabinets de curiosités,  tous étonnants, tous différents, célébrant avant tout la vie et la beauté.

 

renard300Le parcours est jalonné de
trouvailles où domine tendresse et émotion :

 

un renard bien fourré
endormi sur un fauteuil
pendant que des petites bestioles
gambadent sur la tapisserie
du dossier…

 

Une fragile image de souris qui vous guette à travers l’eau de son bocal…

                                             souris300

 

… un ciel constellé de plumes d’oiseaux de nuit, une carcasse rouillée de voiture dans et autour de laquelle un arbre a poussé ses branches; des oiseaux ont choisi d’y faire leurs nids.

L’intérêt renaît à chaque pas … mais la vraie surprise est l’intégration subtile et appropriée de créations plastiques contemporaines toujours parfaitement choisies et installées.
Ci-dessous les plus remarquables à mes yeux, pour leur modestie, leur force poétique, l’évidence de leur « histoire », et la parfaite symbiose avec leur environnement .

« Safari. 2006″ de Christian Gonzenbach. Minuscules modelages en argile :

Safari500B

Le site de Christian  Gonzenbach présente une très intéressante réflexion sur l’actualisation de l’art animalier;  ne pas manquer la vidéo intitulée « Conversion » où les codes traditionnels de la nature et de la prédation sont revisités avec humour
http://www.gonzenbach.net/fr/travaux/

 

« Ô gué ma mie Ô gué » de Laurent Millet, mini-vidéo de 9′:

Emergeant peu à peu de la vase d’un égoût, un  oiseau à l’état de squelette,  reprend  vie le temps d’une lente danse aquatique rythmée par le courant … avant de s’enfoncer de nouveau dans le néant.
Dans le site de l’artiste cette vidéo est visible dans son entier

http://laurent-millet.com/

squelette

Musée de la chasse et de la nature
62. Rue des archives. 75003. Paris

Renvoi vers mon site : www.danielle-chevalier.fr

21 C – La Langocha – Graphicha

C’est certainement la partie la plus fascinante de Parapluycha: une véritable écriture imaginée par André Mimiague qui est le seul aujourd’hui à l’écrire, à la faire évoluer et à la pérenniser grâce à des méthodes explicatives, une grammaire  et un dictionnaire.

imagetexteblogRECAD.500

 

La langocha se compose de caractères appelés colégrams et dont le « dessin » emprunte essentiellement à la graphie norvégienne,  à l’art M’Buti des Pygmées,  à la calligraphie chinoise et à l’art moderne (Klee, Miro, Kandinsky…)


page écritureblog

Il existe trois sortes de colégrams :
- des phonogrammes (signes traduisant des sons )
-  des idéogrammes (signes illustrant des concepts, des idées). Parmi eux, existent des idéogrammes intraduisibles, ( signes illustrant des concepts spécifiques de Parapluycha) comme la « bourinette ».
- des index ou exposants ( à placer près des colégrams).  Certains sont destinés à nuancer ou renforcer le sens, d’autres à changer le substantif en verbe ou à préciser le temps du verbe…), chaque colégram se complexifiant par agglutination, fusion et oxymores…

Exemples d’idéogrammes :
5 mots500
De gauche à droite : OBJET – JOUR – PIERRE – ABSTRACTION – INFORMATION

Exemples d’index :

4 EXPOSANTSblog premier
La bunule (mini-bulle ou micro-lune) connote un contenu mental ou onirique - Le colibri évoque le charme de ce qui est petit ou furtif – A la tilde est liée une notion d’approximation - La koki est le va et vient, le flux et le reflux de la mer, le maelström.

Exemples d’idéogrammes indexés :

exempleeblogexemplecblog
Objet + approximation -> »bidule ».       Jour + furtif-> point du jour.
exemple ablogexempledblog
Information + approximation -> Rumeur   Pierre + rêve -> Pierre de rêve

exemplebblog

Abstraction + mental+ maelstrom -> peinture abstraite tourmentée (genre Pollock )

Les exemples ci-dessus ne permettront pas, bien évidemment,  de devenir un lecteur éclairé  de la langocha, mais peut-être de saisir partiellement les trouvailles graphiques, le côté sérieux et ludique à la fois,  l’état d’esprit sous-jacent, et la portée poético-philosophique, les catégories du réel, du fantasmatique, de la raison et du non sens étant interchangeables.
Un bon exemple est à  trouver dans la Bourinette, colégram spécifique de Parapluycha et qui véhicule les bavardages ambiants, les découpages de la vie et du monde par le lexique dominant  et dont il est impérarif de se jouer pour ne pas en être le misérable jouet.

bourinette blog

Renvoi vers mon site : www.danielle-chevalier.fr

21 B – Parapluycha

Février 1966.
Aux Beaux-Arts de Bordeaux, ou plutôt au café « Chez Auguste », où se réunit le groupe des « profs », André Mimiague ( cf blog 21A), Pierre Chaveau et Alain Tartas créent « Parapluycha« , encouragés par l’enthousiasme et la sympathie attentive des autres.
La même année les frères Georges et André Mimiague  sont remarqués par André Breton qui les  recommande aux surréalistes parisiens et les rencontrera jusqu’à sa mort; soit à Paris, rue Fontaine, soit dans le Lot à Saint Cirq Lapopie.

L’activité graphique des membres de Parapluycha est intense : dans les loges, dans les chambres , ou au café entre les tasses… activité individuelle ou collective car il n’était pas rare de réaliser un dessin à deux, à trois ou quatre, voire davantage !

   graphies3_500

 

« Les éléments de base  sont les minuscules graphies machinales, les puces essentielles de la machinerie imaginante. Ce sont les planctons de l’océan artistique; phytoplanctons ou zooplanctons : des producteurs ou capteurs d’énergie. Ils s’articulent, s’organisent entre eux, tissent des réseaux sans fin… et sur n’importe quel support, coin de carnet, ticket, bout de carton, et pourquoi pas papier dessin ou toile ? Et le stylo à bille vaut ben le crayon, ou le pinceau la plume ! » AM.

  DramimageAblo2

Les dramimages procèdent du même principe : de petits rectangles de forme semblable (arrière-plans flous, détails secondaires, bouts de dessins, rebuts iconiques découpés dans des magazines) créent des sortes de romans-photos par associations de formes, de couleurs et de significations. Des rapprochements à la Magritte ou du type des Merz de Schwitters. Les Dramimages sont comme dit André « le ciné du pauvre » , des photo-montages sans caméra.

La langocha : Parapluycha c’est aussi la mise au point progressive d’une magnifique écriture ; la graphicha langocha (voir blog 21C).

Appartenir à Parapluycha impliquait certaines formules de ralliement, comme  « Hou par-exemplement », certaines postures, la plus célèbre (volée au Cheshire cat d’Alice) étant le sourire parapluycha  : « oblique sourire à observer face à tout être normal ». AM.

La roche chalaisblog1centré

Parapluycha, dans le sillage de Dada et du Surréalisme,  va se  manifester en expositions, improvisations scéniques et performances à Bordeaux et dans ses environs d’abord;  à Paris et Nanterre ensuite, après la nomination d’André Mimiague en région parisienne.  Les « bordelais » retrouvent  régulièrement le groupe surréaliste parisien au café « La promenade de Vénus », et participent aux expositions et publications.

La dernière manifestation sera la participation à l’exposition « Le Collage Surréaliste » en 1978 à la galerie Le Triskèle à Paris.

Archives personnelles :

1 – 2  : Manifestation à La Roche Chalais : exposition et improvisations scéniques.
3 et 4 : Happening et installation sur un toit d’immeuble à Bordeaux. Février 68


La roche chalaisblog1

La roche chalaisblog 2 centré

 

toit 68b500toit 68a500

Renvoi vers mon site : www.danielle-chevalier.fr

21 A – André Mimiague peintre haïkiste

 

André  Mimiague se définit  comme  peintre haïkiste.
Il nomme ses créations 
« Haïcouleurs » et explique : « Sous le pinceau il me faut de ces constructions incertaines de débris amassés par le vent »

 

Mimiague500a

HAÏKU

L’espace qu’ouvre l’unique appel au loin d’une mouette :
Le haïku.
Oui le haïku est espace…
Il fut une époque ( au Japon ) où les haïku se présentaient
comme   instants  de  cheminements  et  ponctuaient  des
récits de voyages.
                                     le haïku
                               un petit caillou
                                  de chemin

Chou-bijou, caillou-haïkou, genou-hibou, joujou-pou.
Micropoème. Poésie cocasse. Poésie-voyage…
P
référer à la prolifération continue hugolienne, l’humour
d
e KiKaKu ! Au bavardage de l’inconscient ayant rompu la
digue, l’énigmatique lueur du lacunaire de la phrase   »qui
cognait à la vitre »  ( Breton ). 
Aux grandes machineries
picturales, le minimalisme du…  HAÏCOULEUR !

HAÏCOULEUR ?

                                   Boue sur buffle
                          ou plaine enchignonnée
                             le pinceau hésitant.

Mimiague500b

HaÏcouleur ?
Saisie picturale de la musicalité d’un instant…
Ouverture éclair sur l’immensité intime…
Lumière d’un ailleurs de l’ordinaire…
D’une émotion l’amorce de l’éclosion…
Ce qui dans quelques traces…

 

Mimiague500c

Les trois haÏcouleurs présentés ci-dessus sont des peintures acryliques sur toile.
Dimensions 81/65 cm

Les Beaux-Arts de Bordeaux , à partir des  années  60 , ont accueilli quelques étudiants destinés au professorat d’Arts Plastiques et qui, d’une année sur l’autre, dépassaient rarement la douzaine. Admis à préparer cette formation directement « par correspondance » avec la seule école officielle : Claude Bernard à Paris, leurs travaux partaient tous les quinze jours par courriers postaux et revenaient corrigés par le même canal ; ils « montaient » à Paris pour quelques regroupements trimestriels et pour les examens de fin d’année.
Si ces étudiants avaient choisi une option aussi particulière et contraignante c’est qu’elle permettait à chacun de suivre parallèlement, et « à la carte », la formation artistique à laquelle il aspirait . Les avantages subsidiaires étaient la grande émulation créative et les amitiés très fortes liées au petit nombre, obligés qu’ils étaient de se « serrer les coudes » dans l’espace spécifique et intime qui leur était dévolu : quelques loges adjacentes dans les combles.
De ce fait , tous par la suite ont mené de pair professorat et activité créatrice. André Mimiague faisait partie de ce groupe.

C’est là que Parapluycha a vu le jour (voir blog 21b)

André Mimiague est né à Biarritz en 1943. Après la période bordelaise il est nommé à Paris. Il finira sa carrière de professeur à Nice.  Avec sa femme Madeleine, également issue des Beaux-Arts de Bordeaux, ils vont beaucoup voyager dans le Grand Nord, en Chine, en Asie du Sud Est, en Afrique…
Les textes en gris sont de lui.

 

Renvoi vers mon site : www.danielle-chevalier.fr

20 – Danielle Coquoz photographe

  Danielle Coquoz a nommé son blog « Photocipède et Touche à tout ». On n’est donc pas surpris que son travail « parte dans tous les sens »,  manipule librement tous les genres, ne se prenne pas au sérieux et  privilégie l’humour.

Chaque  série évolue  au rythme de ses humeurs et de ses déplacements . Tantôt chronique  sociale, tantôt  billet d’humeur… ou d’humour, parfois envolée surréaliste, recherche plasticienne…  Le plus souvent journal de voyage. Encore que la qualité des images et la teneur des sujets abordés dépassent largement le genre.

4TracesCoquoz_470C

En 2009 une première série (« Signes sur route ») est présentée à Istanbul : des raccords sur sols goudronnés forment d’étranges pictogrammes,  dessinant l’alphabet des effets conjugués des changements atmosphériques et des équipes de travaux publics…
Il semble par ailleurs évident que la figure humaine a le plus souvent influencé la prise et le cadrage. On retrouve la même préoccupation dans deux séries plus récentes : « Paris Bitume » et « Il a neigé sur la lune ? »

Coquoz_Prague470
Fenêtres sur Prague

Ce que j’aime  avant tout dans les images de Danielle Coquoz , c’est la charge d’humanité.  Qu’elles soient figuratives ou jouant avec l’abstraction, et même vides de personnages : paysages de nuit, champ, fenêtre, village endormi sous la neige … , l’oeil glissera toujours mentalement vers un « hors-champ » où retrouver l’humain : une lumière allumée, un outil oublié, une ombre, un objet …, des traces d’une activité passée à reconstruire ou d’un futur à imaginer….

Coquoz_Deux neiges _BlogTraces

Mais le plus souvent l’humain est bien là, source inépuisable de curiosité . Lui ou ses avatars, une tache, un reflet , un mannequin, une icône…  L’ oeil toujours critique, jamais méchant , va capter  les situations cocasses, les petits et gros travers, que 25 ans passés au CICR,  au coeur de l’horreur et des conflits armés, n’ont pas réussi à oblitérer.

Sans doute  cette expérience a-t-elle apporté la distance utile évitant larmoiement et sensationnel, mais aussi la détermination à présenter tous types de sujets sans hiérarchie dans le traitement.

SurleBateau2Blog: Les TRansat du FerRy (souvenir d’été)

 

Danielle Coquoz travaille à Paris. Son atelier se trouve  dans la jolie cour des Shadocks. Et je  peux affirmer qu’elle en perpétue joliment l’esprit. Pour la série ci-dessus, elle aurait pu prendre à son compte une de leurs citations célèbres :  » Dans la marine, il faut saluer tout ce qui bouge et peindre le reste ».

 

Renvoi vers mon site : www.danielle-chevalier.fr

19 – « Wild thing » – Pascal Mouisset

 Mouisset blog2

La question du  paysage et de sa représentation aujourd’hui.
Pascal Mouisset ,  nourri comme tous les peintres de sa génération  de Land art, de Concept et d’Installations, apporte une réponse originale et complexe, riche d’ouvertures sur de nouveaux  champs formels.
Sa peinture  est une plongée dans les profondeurs de l’Histoire, quand la nature était menaçante, les hommes sauvages et gouvernés par la peur.  Mais ce n’est pas une peinture qui décrit ou représente.

Mouisset 3_4

Déjà de 2006 à 2009 dans la série d’acryliques regroupée sous le titre « Décor, berges du Tarn », il y avait volonté allusive et retenue dans la transcription des formes- couleurs:

blog Mouisset1

le regard pouvait choisir de s’arrêter sur un point-accroche ou de vagabonder d’une image à l’autre car déjà, de l’une à l’autre, plusieurs temps, plusieurs focales, plusieurs angles de vue alternaient. On savait juste que l’on était dans l’herbe d’un pré ou au bord d’une rivière … mais avec l’oeil fixe de celui qui est parti dans ses rêves et n’accommode déjà plus vraiment.

Aujourd’hui les dispositifs sont beaucoup plus ambitieux. La vision n’est plus frontale. Ou plus seulement. On entre dans le paysage. Physiquement. Il nous enveloppe immédiatement et nous sollicite de toutes parts.
On est d’abord dérouté par la complexité de chaque création: des  tableaux … nombreux souvent ,  de tailles et formats différents, certains verticaux accrochés aux murs, ou en avancée sur structures en bois, d’autres posés au sol, ou surélevés sur des socles. Mais aussi parfois des éléments symboliques (  tas de terre, cendres, bûches de bois…) , des écritures,   des structures mobilières basiques, une bande son…

Mouisset blog install

On peut opter pour l’ Installation plasticienne, le décor de théâtre, le sas expérimental de décompression, ou même l’espace ludique pour future séance de  psychodrame…
car ces caissons sensoriels et mentaux fonctionnent à la façon des planches de tests de Personnalité: les formes imprécises, les clairs-obscurs, les passages du chaud au froid, de l’ombre à la lumière, la perte des repères traditionnels obligent chacun à projeter « sa » lecture.

Pascal Mouisset est  graphiste-illustrateur et plasticien.
Il vit et travaille en Midi-Pyrénées.

Renvoi vers mon site : www.danielle-chevalier.fr

18 – « Le Léthé » de Yann Datessen

« Le Lethé » est un objet artistique insolite. C’est un livre, c’est même un roman construit de façon classique :  personnages, intrigue, progression… introduction, chapitres, conclusion…  C’est une belle histoire que l’on découvre peu à peu, en tournant les pages.  Cependant c’est un livre sans texte. Pas un seul mot. Seulement des images . Ce n’est pourtant pas un livre d’images. C’est un livre écrit avec des images. Des photographies au contenu dense et sobre .


Sirenes

L’argument nous est donné en préambule :  » Le Léthé est (.. ) l’un des trois fleuves des enfers grecs. Boire une gorgée … autorise un retour, revenir en surface, parmi les vivants. Le prix à payer ? L’oubli. L’oubli de son passé, de sa vie, ses amours, sa famille. Tout. Enfin presque. Il restera bien quelques bribes … »
Le « héros » choisit de boire, se disant qu’il n’est pas possible en effet d’avoir tout oublié. Et Il part à la recherche des bribes…

Radeau

Au-delà de l’histoire et de la qualité des images, c’est le parti- pris « narratif » qui m’a intéressée,   parce que très inhabituel lui aussi .
Yann Datessen affectionne le  polyptyque et en joue habilement de page en page, de même qu’il en fait le liant de l’ensemble.
D’abord chaque page repliée sur elle-même oblige le lecteur à l’ouvrir. Petit cérémonial qui renvoie aux rituels et au sacré.
Les images rectangulaires et de format identique sont toujours séparées par le même intervalle. Pour autant ce travail est tout sauf monotone… Le principe sériel et les fines verticales de séparation  introduisent rythme, cassures mais aussi dialogue avec cet intérieur où courent d’autres lignes et où se jouent les drames.
Au début deux images accolées… quelques bribes.  Puis trois, puis quatre…  souvenirs qui afflluent de plus en plus nombreux. Images au contenu  presque semblable,  mais pas tout à fait… questionnements… doute.  Laquelle est la bonne ?  Parfois l’une se retourne, la mémoire vacille,  la logique est cassée. Des décalages , des symétries … toujours au service de l’incertain et d’ affrontements le plus souvent douloureux.
Et toujours, la présence de l’eau, autre liant , ou peut-être véritable sujet… eau qui court ou stagne, eau-miroir qui brouille les repères, eau menaçante ,  énigmatique, dont on s’éloigne enfin, survivant et « enrichi ».

Léthé survivant cadre

 

Yann Datessen est photographe, plasticien, écrivain, chargé de cours de photographie à l’Université de Paris- Sorbonne. http://yanndatessen.fr/
Il est le créateur de la web revue « Cleptafire » consacrée à la photographie contemporaine ;  http://www.cleptafire.fr/

 

  Renvoi vers mon site : www.danielle-chevalier.fr

17. Pedro Cabrita-Reis. Venise 2013.

Pedro Cabrita ReisPortugal- : « A remote whisper « au Palais Falier 

CR 1bl

Cabrito Reis investit des architectures vides et abandonnées. Avec trois matériaux de base (  poutrelles en acier brossé, câbles souples et noirs, longs tubes blancs de néon ), il recrée de nouveaux espaces soulignant ou perturbant le lieu choisi. Lignes de force, tensions, ruptures… il faut du temps à l’oeil pour appréhender le dispositif, suivre les parcours proposés par les courbes noires emmêlées, les droites blanches scintillantes, les bandes argentées réfléchissantes.

CB3
CA2

Peu à peu le lieu prend vie, se charge .  Les lignes deviennent traces de mouvements et d’actions passées. Temps d’arrêt et de silence entre deux périodes de bruits mêlés et d’activité intense. L’artiste nous aide, sème quelques  indices : combinaisons de travail pendues, casque de chantier , carafes d’eau , écheveau de fil électrique abandonné au sol.

A mes yeux de plasticienne,  ce travail de Pedro Cabrita Réis est le plus intéressant de la Biennale avec l’oeuvre bouleversante d’ Anri Sala (« Ravel, Unravel ». France ) qu’il est absolument impossible de présenter  dans ces pages sans la vider de l’essentiel.
Pour ceux qui le souhaiteraient, un lien cependant vers un court extrait :

http://www.youtube.com/watch?v=VtdOpftfMtc

 

Renvoi vers mon site : www.danielle-chevalier.fr

16. Daniel Pesta. Venise 2013.

République Tchèque : Daniel Pesta ; « I was born in your bed »
Sala del Camino. Campo SS Cosma e Damiano. Giudecca

Salle 1 .

Sans titre-2blPESTA 2bl

Longue galerie de 27 portraits sur fond noir . Sous chaque portrait , en lettres rouges, la même phrase : « I am a Gipsy. And you ? « 
Au fond et en opposition, est accroché un très riche miroir vénitien à l’usage du visiteur.

Salle 2

Pesta salle 2_2 bl

PESTA SALLE 2 DÉTAIL bl

Au verso du mur  des portraits, une seule petite boîte en altuglass enferme la photo d’un groupe de tziganes contenus dans une double résille de liens surajoutés.

PESTA 3bl

PESTA 4bl

Une composition de petit format, faite de photos noir-blanc ou couleur roulottées à la manière des paperoles des reliquaires,  mais aussi des relevés de codes génétiques, occupe le mur adjacent. Tout le reste de la salle est blanc et nu.

Salle 3

Sans titre-blog300

IMG_5577bl

La salle 3, très grande,  est baignée dans le noir. Deux écrans immenses, sur deux murs se faisant face , projettent deux vidéos  identiques  mais décalées dans le temps. Chacune montre un  groupe d’enfants,  à la taille 1  et genre photo de classe. D’un côté ils se détachent sur fond noir et tiennent dans leurs mains un sac blanc, de l’autre, sur fond blanc et tiennent un sac noir. Une voix forte nomme un à un les  enfants … comme on ferait l’appel.  L’enfant appelé enfile alors son sac sur sa tête.

 

Renvoi vers mon site : www.danielle-chevalier.fr

15. Asie Centrale. Venise 2013.

  « Winter » au Palais Malipiero.

IMG_5049b

Kazakhstan . Kamilla Kurmanbekova et Erlan Tuyakov. « Zhol »

Une longue architecture de roseaux et de soie, réinterprêtation de la yourte,  oblige le visiteur à éprouver le chemin circulaire de la vie nomade  s’il veut accéder au reste de l’exposition.

 

AZA SHADEbl

Kirghisistan. Aza Shade. « The Disappearing City »

La vidéo muette met en scène un conflit de génération:  l’émancipation des jeunes est freinée par le poids d’une tradition à maintenir pour des raisons économiques, le touriste recherchant avant tout le folklore local.

 

_SaodatIsmailova_Zukhra_blog

Ouzbékistan : Saodat Ismailova : « 40 days of silence » (Vidéo)

Dans la tradition ouzbèque, les femmes , à un moment douloureux de leur vie, faisaient un vœu de silence qui durait 40 jours et que les autres femmes de la maison respectaient et protégaient.

 

Renvoi vers mon site : www.danielle-chevalier.fr