Archives pour janvier 2014

21 C – La Langocha – Graphicha

C’est certainement la partie la plus fascinante de Parapluycha: une véritable écriture imaginée par André Mimiague qui est le seul aujourd’hui à l’écrire, à la faire évoluer et à la pérenniser grâce à des méthodes explicatives, une grammaire  et un dictionnaire.

imagetexteblogRECAD.500

 

La langocha se compose de caractères appelés colégrams et dont le « dessin » emprunte essentiellement à la graphie norvégienne,  à l’art M’Buti des Pygmées,  à la calligraphie chinoise et à l’art moderne (Klee, Miro, Kandinsky…)


page écritureblog

Il existe trois sortes de colégrams :
- des phonogrammes (signes traduisant des sons )
-  des idéogrammes (signes illustrant des concepts, des idées). Parmi eux, existent des idéogrammes intraduisibles, ( signes illustrant des concepts spécifiques de Parapluycha) comme la « bourinette ».
- des index ou exposants ( à placer près des colégrams).  Certains sont destinés à nuancer ou renforcer le sens, d’autres à changer le substantif en verbe ou à préciser le temps du verbe…), chaque colégram se complexifiant par agglutination, fusion et oxymores…

Exemples d’idéogrammes :
5 mots500
De gauche à droite : OBJET – JOUR – PIERRE – ABSTRACTION – INFORMATION

Exemples d’index :

4 EXPOSANTSblog premier
La bunule (mini-bulle ou micro-lune) connote un contenu mental ou onirique - Le colibri évoque le charme de ce qui est petit ou furtif – A la tilde est liée une notion d’approximation - La koki est le va et vient, le flux et le reflux de la mer, le maelström.

Exemples d’idéogrammes indexés :

exempleeblogexemplecblog
Objet + approximation -> »bidule ».       Jour + furtif-> point du jour.
exemple ablogexempledblog
Information + approximation -> Rumeur   Pierre + rêve -> Pierre de rêve

exemplebblog

Abstraction + mental+ maelstrom -> peinture abstraite tourmentée (genre Pollock )

Les exemples ci-dessus ne permettront pas, bien évidemment,  de devenir un lecteur éclairé  de la langocha, mais peut-être de saisir partiellement les trouvailles graphiques, le côté sérieux et ludique à la fois,  l’état d’esprit sous-jacent, et la portée poético-philosophique, les catégories du réel, du fantasmatique, de la raison et du non sens étant interchangeables.
Un bon exemple est à  trouver dans la Bourinette, colégram spécifique de Parapluycha et qui véhicule les bavardages ambiants, les découpages de la vie et du monde par le lexique dominant  et dont il est impérarif de se jouer pour ne pas en être le misérable jouet.

bourinette blog

Renvoi vers mon site : www.danielle-chevalier.fr

21 B – Parapluycha

Février 1966.
Aux Beaux-Arts de Bordeaux, ou plutôt au café « Chez Auguste », où se réunit le groupe des « profs », André Mimiague ( cf blog 21A), Pierre Chaveau et Alain Tartas créent « Parapluycha« , encouragés par l’enthousiasme et la sympathie attentive des autres.
La même année les frères Georges et André Mimiague  sont remarqués par André Breton qui les  recommande aux surréalistes parisiens et les rencontrera jusqu’à sa mort; soit à Paris, rue Fontaine, soit dans le Lot à Saint Cirq Lapopie.

L’activité graphique des membres de Parapluycha est intense : dans les loges, dans les chambres , ou au café entre les tasses… activité individuelle ou collective car il n’était pas rare de réaliser un dessin à deux, à trois ou quatre, voire davantage !

   graphies3_500

 

« Les éléments de base  sont les minuscules graphies machinales, les puces essentielles de la machinerie imaginante. Ce sont les planctons de l’océan artistique; phytoplanctons ou zooplanctons : des producteurs ou capteurs d’énergie. Ils s’articulent, s’organisent entre eux, tissent des réseaux sans fin… et sur n’importe quel support, coin de carnet, ticket, bout de carton, et pourquoi pas papier dessin ou toile ? Et le stylo à bille vaut ben le crayon, ou le pinceau la plume ! » AM.

  DramimageAblo2

Les dramimages procèdent du même principe : de petits rectangles de forme semblable (arrière-plans flous, détails secondaires, bouts de dessins, rebuts iconiques découpés dans des magazines) créent des sortes de romans-photos par associations de formes, de couleurs et de significations. Des rapprochements à la Magritte ou du type des Merz de Schwitters. Les Dramimages sont comme dit André « le ciné du pauvre » , des photo-montages sans caméra.

La langocha : Parapluycha c’est aussi la mise au point progressive d’une magnifique écriture ; la graphicha langocha (voir blog 21C).

Appartenir à Parapluycha impliquait certaines formules de ralliement, comme  « Hou par-exemplement », certaines postures, la plus célèbre (volée au Cheshire cat d’Alice) étant le sourire parapluycha  : « oblique sourire à observer face à tout être normal ». AM.

La roche chalaisblog1centré

Parapluycha, dans le sillage de Dada et du Surréalisme,  va se  manifester en expositions, improvisations scéniques et performances à Bordeaux et dans ses environs d’abord;  à Paris et Nanterre ensuite, après la nomination d’André Mimiague en région parisienne.  Les « bordelais » retrouvent  régulièrement le groupe surréaliste parisien au café « La promenade de Vénus », et participent aux expositions et publications.

La dernière manifestation sera la participation à l’exposition « Le Collage Surréaliste » en 1978 à la galerie Le Triskèle à Paris.

Archives personnelles :

1 – 2  : Manifestation à La Roche Chalais : exposition et improvisations scéniques.
3 et 4 : Happening et installation sur un toit d’immeuble à Bordeaux. Février 68


La roche chalaisblog1

La roche chalaisblog 2 centré

 

toit 68b500toit 68a500

Renvoi vers mon site : www.danielle-chevalier.fr

21 A – André Mimiague peintre haïkiste

 

André  Mimiague se définit  comme  peintre haïkiste.
Il nomme ses créations 
« Haïcouleurs » et explique : « Sous le pinceau il me faut de ces constructions incertaines de débris amassés par le vent »

 

Mimiague500a

HAÏKU

L’espace qu’ouvre l’unique appel au loin d’une mouette :
Le haïku.
Oui le haïku est espace…
Il fut une époque ( au Japon ) où les haïku se présentaient
comme   instants  de  cheminements  et  ponctuaient  des
récits de voyages.
                                     le haïku
                               un petit caillou
                                  de chemin

Chou-bijou, caillou-haïkou, genou-hibou, joujou-pou.
Micropoème. Poésie cocasse. Poésie-voyage…
P
référer à la prolifération continue hugolienne, l’humour
d
e KiKaKu ! Au bavardage de l’inconscient ayant rompu la
digue, l’énigmatique lueur du lacunaire de la phrase   »qui
cognait à la vitre »  ( Breton ). 
Aux grandes machineries
picturales, le minimalisme du…  HAÏCOULEUR !

HAÏCOULEUR ?

                                   Boue sur buffle
                          ou plaine enchignonnée
                             le pinceau hésitant.

Mimiague500b

HaÏcouleur ?
Saisie picturale de la musicalité d’un instant…
Ouverture éclair sur l’immensité intime…
Lumière d’un ailleurs de l’ordinaire…
D’une émotion l’amorce de l’éclosion…
Ce qui dans quelques traces…

 

Mimiague500c

Les trois haÏcouleurs présentés ci-dessus sont des peintures acryliques sur toile.
Dimensions 81/65 cm

Les Beaux-Arts de Bordeaux , à partir des  années  60 , ont accueilli quelques étudiants destinés au professorat d’Arts Plastiques et qui, d’une année sur l’autre, dépassaient rarement la douzaine. Admis à préparer cette formation directement « par correspondance » avec la seule école officielle : Claude Bernard à Paris, leurs travaux partaient tous les quinze jours par courriers postaux et revenaient corrigés par le même canal ; ils « montaient » à Paris pour quelques regroupements trimestriels et pour les examens de fin d’année.
Si ces étudiants avaient choisi une option aussi particulière et contraignante c’est qu’elle permettait à chacun de suivre parallèlement, et « à la carte », la formation artistique à laquelle il aspirait . Les avantages subsidiaires étaient la grande émulation créative et les amitiés très fortes liées au petit nombre, obligés qu’ils étaient de se « serrer les coudes » dans l’espace spécifique et intime qui leur était dévolu : quelques loges adjacentes dans les combles.
De ce fait , tous par la suite ont mené de pair professorat et activité créatrice. André Mimiague faisait partie de ce groupe.

C’est là que Parapluycha a vu le jour (voir blog 21b)

André Mimiague est né à Biarritz en 1943. Après la période bordelaise il est nommé à Paris. Il finira sa carrière de professeur à Nice.  Avec sa femme Madeleine, également issue des Beaux-Arts de Bordeaux, ils vont beaucoup voyager dans le Grand Nord, en Chine, en Asie du Sud Est, en Afrique…
Les textes en gris sont de lui.

 

Renvoi vers mon site : www.danielle-chevalier.fr