Catégorie : Le 401

54 – Les Rencontres d’Art. Montauban


 

L’ASSOCIATION « Les Rencontres d’Art  » a, pendant 44 ans, présenté à Montauban, sous la direction de son président Paul Duchein, des expositions d’Art Contemporain  

.Les montalbanais et plus largement les habitants de Midi-Pyrénées  curieux d’Art Contemporain, les enseignants et élèves des sections artistiques,  ont profité  d’un accès réel à la Création contemporaine,  à une époque où  tout se passait encore à Paris (les Abattoirs n’existant pas encore).  Enseigner à des lycéens la création artistique contemporaine imposée par les  programmes, mais  avec des outils tels que diapositives ou autres media, puisqu’il faut parler des « Grands » mais  sans pouvoir les confronter aux oeuvres réelles, à leur format, à leurs techniques… est , sinon une aberration , du moins un réel problème. A Montauban, chaque année, l’exposition montée par Paul Duchein permettait de combler en partie ce manque.
Les expositions de Paul étaient d’un genre que l’on rencontre, hélas trop peu. Peut-être même étaient-elles uniques. Les artistes internationaux, nationaux , locaux, célèbres ou méconnus, exposaient dans le même espace si le thème de l’année et la qualité du travail le justifiait. Jamais de  hiérarchie  liée à la côte de chacun ou à son aura médiatique.

Pas de hiérarchie non plus dans les genres ou les tendances du moment. Brut , instinctif, savant,  figuratif, abstrait, bi- dimensionnel ou volumique, peinture, crayon, photographie, fils, matériaux de récupérations … il y avait de tout cela et ce n’était ni difficile ni illogique ni choquant de faire vivre ensemble  des personnalités si différentes. Au contraire, chacune s’enrichissait au contact des autres.

Des lycéens en formation artistique ont été sollicités pour travailler  sur le thème de l’année. Certains ont exposé leurs oeuvres au Musée près des oeuvres de Dubuffet , Bury, Calder, Combas, Miro, Niki de Saint Phalle…  , d’autres ont été invités à lacérer des affiches en compagnie de Villeglé…à créer une oeuvre avec lui, et l’impact de cette désacralisation des « grands » était un moteur immense : eux, lycéens, pouvaient aussi …

Paul a voulu faire découvrir à la ville les tenants de toutes les formes de la création . La dernière exposition des Rencontres d’art « Esprit de famille » en a été le témoignage …

 Cartons d’invitation des 2 dernières expositions


 

53 – Paul Duchein et ses amis artistes. L’Atelier du 401

L’atelier du 401 a été confié à Paul  Duchein qui y a présenté quelques-unes de ses créations et celles d’artistes amis aujourd’hui pour la plupart décédés.
La taille d’un blog ne permet pas de « profiter » de chaque oeuvre . Ici, le but est  seulement de rassembler tous ceux qui ont « fait » les Rencontres d’art. Ils sont donc tous nommés ( de G à Dr dans l’ordre de l’accrochage)


          F DESNOYER  –        DUCHEIN  -M DAUTRY/ J HÉROLD – F  LERIN – F de FAVERI. R  BIERGE/

                                                                                                        Y  MILLLECAMPS /A BRETON – C GEORGES –  G MATHIEU/- M  JANSON  .



                               O GOUDCOFF – J C  SILBERMANN./ DUCHEIN     –     André LABELLE/ DUCHEIN –              DUCHEIN

 A MONDIN – M MODREGO – J CLERTÉ – J  GUNAUD  — L  VIDAL – E  BABOULÈNE- O  DEBRÉ – DADO

MUR DE BOÎTES DE PAUL DUCHEIN


 

52 – Paul Duchein et ses amis artistes. La Galerie du 401

L’exposition présentée en juin  2017 au 401 est le prolongement de la dernière des 44 expositions des Rencontres d’Art montées par Paul Duchein au Musée Ingres. Elle s’intitulait  « Esprit de famille ».
Le 16 JUIN 2016 elle avait donné lieu à une fête-hommage à Paul avec  entre autre, le cadeau d’une boîte remplie de 33 créations au format A3, sorte de ruche confectionnée par Gilles Hornain contenant 33 cadres avec créations, chacune réalisée par un  participant à « Esprit de Famille ».
Le contenu de la boîte a été présenté dans la Galerie du 401  en regard, pour chaque artiste, d’une autre création de son choix.
.

Au dos de la boîte : Geneviève ANDRÉ ACQUIER : livret souvenir des 44 expositions.
Dans la boîte ouverte : les  créations à consulter.


: Roland GARRIGUES Texte –  2et 2′ : Paul WERLIN –  3 : Odile CANGARDEL,
4 : Jean SUZANNE  –  5 : Hervé COUTON – 6 : Jacques Hue
7: Livret :Geneviève ANDRÉ ACQUIER


1 : Olivier DUCHEIN – 2 : Ryo TAKAHACHI –  3 et 3′ : Serge MARTIN ROBIN –  4: Jacques TISON .
5 : Paul DUCHEIN :Maquette de « la chaise de Madame Gonze ».
6 :  Jacques BRU –  7: Danielle CHEVALIER


1 : Marie France JEAN –  2 : Jean Pierre JUDA –  3 : JANI –  4 : Rosendo LI
 5 et 5′ : Christian ANDRE ACQUIER –  6 : Jean Michel MAUME



1 : Nacéra DÉSIGAUD –  2 : Alain Guy CLEMENT –  3 : Françoise BERTHELOT –
4 : Anne Marie CASTEL, 5 : Odile CARITEAU


43 – Alain Guy Clément au « 401 »

« Voyage dans l’intranquillité »

Clément 1 blog

Dès l’entrée, on comprend que  le voyage que nous propose Alain Guy Clément sera effectivement  difficile et qu’il faudra abandonner le repos des images complaisantes et des « non-sujets »  convenus.

clément im2 BLOG

La filiation du  tableau sectorisé « Arbre-Nature » de 2008 (cf ci-dessus) avec les grandes compositions religieuses tripartites, issues de notre culture occidentale,  est évidente et nous éclaire d’entrée : nous sommes dans un espace métaphysique  où naissance, vie, mort / paradis, monde terrestre,enfer, vont venir buter sur le questionnement personnel de l’artiste.
Chez Clément, c’est d’un voyage intérieur qu’il s’agit , celui de l’Homme au sein d’un monde terrifiant et imprévisible, d’océans agités, de  ciels d’orage, d’espaces herbeux instables, de grèves remplies de déchets et d’anges en déchéance. L’humain,  solitaire, ballotté par les vagues dans de frêles embarcations, cherche sa route à la croisée de «  chemins qui ne mènent nulle part ».
Le monde  de Clément part à la dérive.

clement blog 5

 

Clément 3 blog

Cependant, près des arbres majestueux qui emplissent l’espace mouvant alentour, comme pour le stabiliser, des animaux familiers, « veilleurs »  doués d’une intelligence ou d’un sens qui fait défaut à l’homme, observent et réfléchissent. Calmement plantés sur le sol ou échappant à notre pesanteur, chiens, rats, oies ou vaches, cochons, oiseaux… sont là en contrepoids, pour nous ramener sur la rive.

Toute la force des  tableaux de Clément tient dans la technique magistrale, les transparences et recouvrements, la science des rapports de touches et de couleurs: chaque création est une sorte d’ organisme vivant, débarrassé de la bienséante enveloppe, palpitant et se tordant devant nos yeux.
C’est une peinture qu’il faut vivre, affronter en direct..

Clément blog 4

evant les toiles de Clément, on pense bien sûr aux premiers Expressionnistes du XX°siècle, et dans son cas , surtout à Munch, Nolde, Ensor ou Kirchner… mais, chez lui, pas de portée politique ou sociale, pas de narration d’un fait ou d’un instant.

On est en Italie du Nord, dans les années 70, les Minimalistes et les Conceptuels ont fait leur temps. Deux mouvements importants occupent  la scène avec un retour  à la Figuration, aux sources mythologiques, et à la peinture métaphysique : la TransAvantGarde et la Figuration Expressive dont Alain Guy Clément est un des membres reconnus.
Aujourd’hui, dans son atelier montalbanais, il perpétue cette tradition picturale essentielle et précieuse, loin du clinquant et de la futilité de  trop de créations contemporaines.

Le jour de l’ouverture , les oeuvres picturales de Clément ont été mises en relation avec des extraits d’oeuvres musicales  et   littéraires :

Jean Cazal a lu des textes de Clément, Dino Buzzatti et Jules Renard, choisis par l’artiste et accompagnés par le violoncelle de Camille Delbreil qui a terminé la soirée en nous offrant un récital Bach, Britten, Cassado.

Caractéristiques des tableaux  présentées dans ce blog :
-« Après le naufrage« .1984 (100/80cm). « La découverte du Monde ». 1988 (150/115 cm)
-« Homme-Nature » blanc – 2008 (150/115cm)
« Homme-Nature » 2 verts- 2008 ( 150/115 cm)
– Série« Réflexion »- 2009 à 2015
Oie : 100/80. Vache :100/88. Chien: 100/80
–  » Autoportrait » . 1997; 54/65 cm

 

 

42 – Dominique GAUDU au 401

La galerie « le  401  » a choisi pour son inauguration, en mai 2017, d’exposer  l’artiste Dominique Gaudu.
« Ici, si loin » titre de l’exposition , proposait :
– dans la Galerie : 8 compositions au format 90/126 cm et une suite ( « Jardins ») de 5 formats carrés de 76/76 cm
– dans l’Atelier : 6 sculptures et 5 dessins à la mine de plomb.

 

blog gaaudu 1:500

 

Les titres des oeuvres nous renseignent déjà sur la personnalité et les intentions de l’artiste et nous aident à entrer dans son univers : « Mi soie, mi parfum » – « Tisseur de nid, jongleur de paille » – « Sous l’herbe se perd la fourmi » – « Fond d’ombre » – « Nous n’irons plus au bal » (photo ci-dessus)« J’ai jeté du sel sur la neige » – « Minutieusement l’hiver… » – « Le vent l’emportera » – « Longtemps ce fut l’été » – « Où l’orpailleur s’arrête »

 « Regarder les tableaux de Dominique Gaudu,  c’est gagner un espace clair balayé par des sillages de lumière poudrée. Voir alors allège et ouvre sur un cosmos lointain et radieux que hantent encore les traces d’une nature aléatoire : fragments de bois, mémoire de lichen, rougeoiement d’un matin dans l’hiver, peut-être. Dans cet éther lumineux la matière pulvérisée s’harmonise en trajectoires discrètes qui soutiennent la solitude produite par cette soudaine ascension de notre point de vue sur les choses. Régénérés par cette avancée jusqu’aux bords fragiles du monde, nous sommes pleins de gratitude pour ces oeuvres qui l’ont permise ».   Agnès Girardeau


Gaudddu 2:500



Attiré par l’exubérance et la générosité des formes et des  couleurs, l’oeil est retenu par la vibration des pigments.  Les oeuvres sont belles…  mais cette beauté-là est tout sauf  superficielle . Elle est riche d’une connaissance pointue du fait artistique. Ces créations  qui semblent pourtant si  spontanées et émotionnelles sont portées par une technique parfaitement maîtrisée ;  Elles sont dans le même temps fantaisie et rigueur, légèreté et profondeur.

 blog gaudu dessin500

  3 villes Gaudublog500

Les sculptures sont inspirées par « Les villes invisibles » d’Italo Calvino.

Dominique Gaudu a plusieurs fois collaboré avec  Pierre Nouilhan , créateur des Editions « Sables » . Des petits livres rares, illustrés par l’artiste, ont été  exposés au 401 et l’éditeur Pierre Nouilhan a présenté son travail, ses choix et sa collaboration avec les artistes illustrateurs

blog gaudu livres500

 Dominique Gaudu, née en 1938, est titulaire du Diplôme de Peinture ( Beaux Arts)  et Professeur Agrégé d’Arts Plastiques.
« Ces formations antinomiques, très diversifiées, m’ont permis d’aborder des recherches éclectiques en phases avec des situations, des lieux, des pays divers … Le dessin- primordial pour moi -, peintures, sculptures, costumes de théâtre, bijoux ….. J’aime travailler au gré  d’un chemin artistique  buissonnier, sans but de reconnaissance artistique; mais non sans plaisir. DG.

Les flûtistes Jean Marc Andrieu , directeur du Conservatoire de Montauban et de l’orchestre baroque « les Passions » et sa femme Fabienne Azema-Andrieu nous ont fait l’honneur  d’accompagner le vernissage en interprétant des pièces de Telemann.