Archives pour novembre 2016

34 – Art et Psychiatrie

Le  musée  de la psychiatrie du docteur Guislain

Situé à la périphérie de Gand, il occupe une partie des bâtiments de l’hôpital psychiatrique éponyme, le plus ancien asile d’aliénés de Belgique, datant de1857 .(Jozef Guislainstraat 43. B 9000 Gent).  Il se compose de trois secteurs également passionnants :
- un musée de l’histoire de la psychiatrie
- une collection internationale d’art outsider
- un département dédié à des expositions temporaires

34a – Le musée de l’histoire de la psychiatrie…

… est une traversée de l’histoire des interventions et soins apportés aux malades mentaux, de la trépanation et de l’exorcisme jusqu’à l’époque moderne aux pratiques plus « humaines »

 Sans titre-10-500

Son intérêt est double
- Le visiteur parcourt les lieux mêmes, reconstitués minutieusement et dans une traversée évolutive des chambres, espaces de vie et salles de soins.
- Le contenu des pièces, présenté sans tabous, est très documenté : machines pour électrochocs, mobilier de bains, matériel médical de contention, protections, lavements, injections,  photos d’époque, textes et évolution de l’ imagerie médicale.

electrochoc 500

On nous présente même la machine à découper le cerveau créée par le professeur De Wulf.

 

Sans titre-5001

34b – Collection internationale d’Art Outsider.

La collection, commencée avec les productions des seuls patients de l’hôpital Guislain, a, depuis 2002, acquis une importance internationale en accueillant la collection De Stadshof qui va de l’art naïf à l’art brut et contient plus de 6000 œuvres produites par près de 400 artistes.

Saî Kijima 2009-400

Saï Kijima - 2009 – Collection De Stadshof

 Johnson Weree-Liberia Pays-bas 1970b

Johnson Weree, réfugié liberien. Vit et travaille aux Pays-Bas . Crayons de couleur et stylo gel-feutres. 1970.

Hans Scholze 1933 Pays-bas-450

Hans Scholze. Java Indonésie.1933 Pays-Bas.1993. Architecte d’intérieur; créations spontanées de type écriture automatique.

Jeroen Pomp pays-bas 1985-450

Jeroen Pomp. Pays-Bas. 1985. Autiste. Dessine en perspective cavalière et avec crayons de couleur animaux, végétaux, paysages urbains et autoroutiers mêlés.

théa Gérard-1938 La Hayeb

Théa Gérard. Jakarta -La Haye , femme d’artiste peintre connu. Mélancolique et recherchant la solitude. Peint surtout des portraits et réalise des marionnettes en bois.

Hans Langner Karlsruhe 1964-500

Hans Langner. Karlsruhe. 1964. Formation théâtrale. Dépressif. Récupère des objets de rebut pour les transformer en personnages généralement de type « oiseaux ». Lui se qualifie de « Birdman ». Cet ensemble se compose de 2000 objets.

34c – Département  des expositions temporaires

« Chambres obscures » - exposition temporaire de 2015 –  nous montre à l’aide d’un nombre très important et varié de créations, la fascination exercée sur les artistes par la mélancolie et la dépression, et comment chacun s’empare  du sujet en fonction de son implication personnelle ( du spleen passager et diffus jusqu’à la morbidité ).
Outre l’intérêt des oeuvres , il faut saluer les organisateurs pour deux soucis rares :
- les productions contemporaines -majoritaires- voisinent avec des créations d’époques antérieures quand celles-ci éclairent le propos.
- et une scénographie habile crée des rapprochements,  joue  sur les  vides et autres astuces d’accrochage pour provoquer réflexion,  prise de conscience de la multiplicité des points de vue face aux comportements humains, donc prise de conscience de l’AUTRE

Sans titre-500

Artiste inconnu. Dessin plume et encre sépia

De Cordier Vermersch-500

Thierry de Cordier. Seaberg. 2011. Huile sur toile
Tinus Vermersch. sans titre, 2013, tempera sur papier.

 Bustamante 500

Jean Marc Bustamante. “Lumière 19.93”. Photo sur verre éloigné de 5 cm du support.

 Patrick Van Caeckenberg-500

Patrick Van Caeckenberg 2010, Extrait de la magnifique série de dessins de vieux arbres. Plume. Encre de chine.

 

33 . Les Jardins d’Erasme

Le jardin des Maladies.

En 1521, Érasme passe cinq mois à Anderlecht, près de Bruxelles, chez son ami le chanoine Pierre Wichmans.
Aujourd’hui le bâtiment baptisé « maison d’Erasme » est transformé en musée. Livres anciens et objets d’art nous transportent dans le monde intellectuel de la Réforme.

Mais l’intérêt du lieu réside essentiellement dans l’aménagement de deux jardins contigus nous renvoyant avec poésie, humour et tendresse à la personne même d’Erasme ( corps et esprit) :
Le jardin des maladies d’Erasme et Le jardin philosophique.

 

IMG_1202-500

Le jardin des maladies d’ Erasme, conçu à l’aide de plusieurs lettres–diagnostiques de ses médecins, présente un portrait « botanique »  de l’écrivain, à travers 100 plantes utilisées pour le soigner soit de son hypocondrie soit de maux réels tels que peste, calculs au rein, dysenterie, maux de tête, etc…

Trois maladies 500

La potentille rampante -> la goutte – La pivoine officinale -> la diarrhée – Le houblon  -> excès de bière et de vin.

Quatre maladies 500

Le citronnier -> anti vomitif – La marguerite ->  purgatif (ventre noué) -La verveine sauvage ->  céphalées — Le mors du diable ->  la peste.

Le Jardin Philosophique

Le Jardin philosophique est lui aussi un portrait, mais cette fois de l’intellectuel humaniste. Outre des massifs, non plus carrés, mais en forme de feuilles symbolisant l’essence d’arbre la plus fréquente dans chaque pays visité et contenant les plantes caractéristiques du même pays, l’espace a été investi par quatre artistes invités. Chacun a créé une oeuvre en lien avec les pensées ou les écrits d’Erasme.

« Les larmes du ciel »  .  Marie Jo Lafontaine

adage 1

Ubi amici, ibi opes (« Là où sont les amis, là est la richesse »)

« Les larmes du ciel » sont matérialisées par 7 bassins remplis d’une eau / miroir grâce à un fond plat recouvert de gravier sombre. Dans chacun,  sous la surface de l’eau, on peut lire une phrase latine ( extraite du livre d’Erasme « Adages ») . Les lettres fragiles, en métal, se mêlent aux reflets des arbres et du ciel incluant le visiteur dans ce dispositif poétique.

adage 33

Aut regem, aut fatuum nasci oportere (« Il faut naître ou roi ou bouffon »)

adage 32

Difficilia quæ pulchra (« Les belles choses sont difficiles »)

Les « Loci  » .  Catherine Beaugrand

Les Loci sont des espaces (sculptures) de taille modeste dispersés dans le jardin , chaque « locus » proposant un arrêt réflexif lié au dispositif particulier qui le compose et que l’artiste nomme « genius loci » (génie du lieu).


Locus 300 2

« Cambra » . Perejaume

IMG_1223b-500

« Cambra » est une ébauche de gloriette destinée à faire ressentir «physiquement» l’opposition  Ciel / Terre. A cet effet la« boîte », faite pour un corps debout, est exiguë  et haute, avec une entrée étroite. Entièrement composée de lentilles oculaires et de morceaux de verre à vitrail, elle déforme  totalement la vision du monde terrestre, mais dans le même temps s’ouvre sur le ciel.

cambra 400

Ce travail renvoie au lieu de quarantaine décrit par Erasme dans « Le banquet religieux

« Volcan de vie ». Bob Verschueren

volcan 500

Au centre du jardin, Bob Verschueren a installé son « volcan de vie » .
Une excavation douce, à deux niveaux circulaires tapissés de tuf, nous invite à la pénétrer pour une sorte de purification initiatique :  en son centre, une souche de hêtre remplie d’une eau vive qui  s’écoule lentement en colonisant peu à peu des mousses.

Musée de la Maison d’Erasme .  Rue du châpitre 31 Kapittelstraat. Bruxelles 1070

32 – Points de vue

Lion 500 louvre

 

Dans «le Monde » du 3 novembre 2016, un article -illustré par l’image ci-dessus-, nous apprend que le Louvre-Lens « propose une suite » ( ! ) à ma modeste exposition « Anthroposcènes » !

L’exposition intitulée « L’histoire commence en Mésopotamie », s’est donné pour mission de démontrer à nous , « grand public, qui ne savons même pas situer l’Irak...» ( !! ) tout ce que nous devons à la Mésopotamie.
Pour illustrer le propos, 5000 tablettes d’argile et 400 objets trouvés dans ce « Jardin d’Eden » entre Tigre et Euphrate, choisis pour aller « au plus simple et au plus juste »… toujours pour ce même « grand public » une nouvelle fois cité, et qui nous parlent d’écriture évidemment, mais aussi d’architecture, de mathématiques, de l’année de douze mois, de la roue… et de bien d’autres merveilles…( dont je doute fort que le « grand public » qui fréquente ce type d’exposition soit si ignorant )

Cet article pose problème dans la mesure où  cette exposition – qui se voudrait pourtant didactique – semble présenter une Mésopotamie sérieusement tronquée  en contre-exemple d’un Irak d’aujourd’hui en proie à la barbarie, aux horreurs et aux pillages de l’EI ( mentionné par deux fois lui aussi ).

Faire un peu moins « simple » mais un peu plus « juste », par respect du public ciblé qui  n’a pas à être « enchanté »,  aurait consisté à ne pas trier dans les pièces exposées ni dans les textes traduits.

Qu’aurait-on alors « appris » des restes archéologiques trouvés dans ce « Jardin d’Eden »:   … les conflits incessants, la soif effrénée de conquêtes, la barbarie, les massacres de masse, les machines de guerre, les armes,  les corps amputés, pelés, décapités, les villes anéanties, les incendies, les pillages, tout cela écrit, gravé, sculpté pour emplir des bibliothèques et orner des palais servant la vantardise de potentats sanguinaires tuant pour un Dieu, au nom d’un Dieu, avec l’aide d’un Dieu, celui dont ils avaient choisi d’être l’émanation sur Terre.

Manquent, nous dit-on, les pièces « intransportables » comme les bas-reliefs. Ne serait-ce pas plutôt les pièces dérangeantes en regard du propos choisi ?
Les dits bas-reliefs arrachés au  palais de Khorsabad pour lequel ils étaient faits ont bien pu en d’autres temps être transportés jusqu’au Louvre, de même que ceux de Ninive au British Muséeum, de même que ceux de Babylone au Pergamon de Berlin, de même que… etc… etc…
Et d’ailleurs … pour quoi l’ont-ils été ?
Même si les multiples raisons d’attenter à l’intégrité d’un patrimoine archéologique ne peuvent pas être mises sur le même plan, on sait bien qu’une architecture démantelée, un ensemble urbanistique dilapidé, privé de ses éléments les plus signifiants, ne transmettra plus d’informations dignes de mémoire.

Que ces éléments épars dans des musées vivent d’une autre vie grâce à leur force plastique est un autre sujet.

Pour ceux qui auraient vu l’exposition « Anthroposcènes« … et pour ceux qui auraient souhaité la voir, pour ceux aussi qui ne comprennent pas les raisons de ce 32° blog, les 3 nouvelles pièces non encore présentes dans mon site, dont « Voyage 66″, le sont  désormais  à  : https://danielle-chevalier.fr/actualite/
   Une vidéo de l’exposition est en préparation.