42. Biennale . Venise 2017

Le temps ayant décanté le flot des sons et des images, restent des petits coups de coeur, moments de plaisir plus ou moins durables… et des créations qui marqueront, qui ont ému et parlé dans le même temps, sans nécessaire lecture de texte explicatif, et sur lesquelles on aura envie de revenir pour creuser, réfléchir… et que l’on aimerait faire partager dans les pages suivantes.

Dans la première catégorie :

1 Au Palais Fortuny, dans l’exposition intitulée Intuition un tout petit moment très fort : le rapprochement d’une statue de la Renaissance ( Anne apprenant à lire les Ecritures à sa fille Marie ) et d’une sculpture d’Anish Kapoor mettant en scène par un vide circulaire blanc/blanc la notion de limite et dans ce cas d’illimité.

Fortuny


2. Le Pavillon d’Israel. Artiste : Gal Weinstein
( né en 1970  en Israel )

Une demeure désertée où les moisissures montent peu à peu à l’assaut des murs, et,  à l’étage,  ce qui pourrait être un engin de guerre noyé dans un nuage de mousse… évoquant ceux que journaux et autres médias nous ont appris à reconnaître : explosions et bombardements. Mais aussi la beauté du dépouillement et l’odeur de marc de café, matériau utilisé sur les murs.

Israel blog500


3. Le Pavillon de Singapour. Zai Kuning
(né à Singapour en 1964 )

Un très beau symbole de l’histoire du pays et de son riche passé maritime et culturel : une immense carcasse de nef en osier tressé, arrêtée dans sa course et dont les cordages sont retenus au sol par le poids de livres protégés par une gangue de paraffine.

Singapour

 


4. Dans le Pavillon International : Cyprian Mureçan
( né en Roumanie en 1977 ) : de très beaux dessins où par un recouvrement compulsif et réjouissant de tracés très habiles CM questionne les tableaux de maîtres, dans un désir double, semble-t-il : hommage et appropriation critique.

Mureçan 500b

 


5. Stephen Chambers. Grande Bretagne.
The court of Redonda au Musée Ca’Dandolo.

Une île imaginaire dans les Caraïbes, une population tout aussi imaginaire mais surtout une peinture figurative très élégante et personnelle.

Chambers

Dans la 2° catégorie :

37 : Dirck Braeckmann
38 : Nadine Hattom et Sakar Sleman
39 : Wong Cheng Pou
40 Geta Bratescu
41 : Shirin Neshat
42 : Zad Moultaka